Le « Permis de Montélimar », qui autorise l’entreprise pétrolière Total à traquer le gaz de schiste présent dans le sol de l’hexagone, est actuellement suspendu par la justice administrative, privant ainsi la société de toutes recherches. Un article de Médiapart nous apprend cependant que cette interdiction pourrait être levée d’ici quelques semaines. Cet éventuel changement ne s’inscrirait en aucun cas dans le projet de transition énergétique choisi par la France, et son évocation suffit aujourd’hui à faire monter au créneau bon nombre de personnes défavorables aux hydrocarbures dont Sabine Buis, députée de la 3ème circonscription de l’Ardèche.

120915-gaz-de-shiste

Depuis le 1er mars 2010, l’Etat suspend le permis exclusif de la société Total lui laissant la possibilité d’effectuer des recherches d’hydrocarbures sur le territoire français. La donne pourrait cependant changer d’ici quelques semaines. Le Tribunal administratif envisagerait en effet de réactiver ce permis. Cette décision pourrait par conséquent, outre le fait de laisser plus de libertés à la « supermajor » en matière d’exploration des gisements d’hydrocarbures, inciter le lobby pétrolier à reprendre sa campagne de dédiabolisation du gaz de schiste. Ces prédictions, Sabine Buis les appréhende fortement. En tant que députée de l’Ardèche, la native d’Aubenas maîtrise le sujet, et craint qu’une telle situation engendre une communication bien trop tolérante, et même cajolante vis-à-vis de l’extraction de cette énergie fossile avec pour but, à terme, d’autoriser la pratique. 

En guise de riposte, Sabine Buis ne manque pas d’idées, et préconise, dans le prolongement de la loi du 17 août relative à la transition énergétique, et de l’Accord de Paris signé lors de la COP 21, la réforme du code minier. Une telle démarche pourrait aboutir, en définitive, à l’abrogation totale des permis et autres autorisations litigieuses entourant l’éventuelle exploitation des gazs et huiles de schiste en France. La députée va même plus loin, et encourage le Parlement à transformer cette potentielle réforme en loi dans le but de pouvoir débattre démocratiquement « d’un sujet majeur pour notre avenir ». Dans cette optique, Sabine Buis prévoit de déposer d’ici fin janvier une « proposition de loi relative au dialogue environnemental » à l’Assemblée nationale.

Un lien vers un documentaire d’Arte nommé « Gasland » disponible sur youtube : https://www.youtube.com/watch?v=nHEhn5MVx54