Les amphi-biens? Pas vraiment

  • Non classé

Les amphibiens, regroupant grenouilles, crapauds, salamandres et tritons, sont présents sur Terre depuis des millions d’années, et ont survécu à de nombreuses extinctions massives que la Terre a connues. Cependant, ces animaux sont actuellement menacés.

En effet, selon l’Union pour la Conservation de la Nature, sur les 7500 espèces d’amphibiens présentes dans le monde, 41% d’entre-elles sont classées comme étant « vulnérables », « en danger » ou « en danger critique ». Pour expliquer ce phénomène impactant un maillon essentiel de l’équilibre des écosystèmes, des recherches au niveau de leur biologie et du paysage ont eu lieu et continuent à voir le jour. (source : Le Monde)

alytes accoucheurs pyrénées Bd - Matthew Fisher

Alytes accoucheurs dans les Pyrennées victime de Batrachochytrium dendribatidis (source : Matthew Fisher)

 

Une des menaces qui pèse sur les amphibiens est la transformation des paysages. Ces animaux nécessitent de zones souvent boisées pour passer l’hiver, reliées à des habitats aquatiques tels que les mares et les étangs, pour effectuer leur reproduction printanière. De nombreux habitats favorables à ces espèces disparaissent, laissant place à des zones asséchées ou remplacées par des cultures, ou encore des axes de communication qui nuisent à la mobilité des amphibiens et les empêchent ainsi d’effectuer leur cycle de vie.

Les amphibiens sont également impactés par la pollution de l’eau. En effet, ces animaux respirant par des poumons, mais aussi par leur peau, intègrent facilement des produits chimiques, des engrais, des insecticides, etc. Ces derniers, une fois présents dans leurs organismes sont alors mortels et impact toute la faune et la flore d’un plan d’eau.

Les batraciens peuvent également être sujets à des attaques de microorganismes, comme des champignons (Batrachochytrium dendribatidis par exemple). Ces pathogènes se propagent rapidement par les actions humaines de différentes natures qui leur permettent de coloniser de nouveaux continents, l’élevage intensif d’amphibiens qui, s’ils sont contaminés par une bactérie, peuvent la transmettre aux espèces sauvages ou encore l’introduction d’espèces exotiques comme des poissons par exemple (Gambusie ou encore Perche soleil).

Les amphibiens sont donc des indicateurs de l’évolution des paysages, des pratiques agricoles et de déséquilibres présents dans la nature. Ils font partis des premières espèces impactées par ces changements et sont actuellement en déclin. Ces animaux, consommateurs d’insectes et servant d’alimentation à de nombreux oiseaux, mammifères et reptiles, ont un impact sur toute la faune et flore de nos campagnes. Leur absence sur un territoire rend compte de déséquilibres pour ces espèces mais également pour de nombreux autres animaux.

Des aménagements en leur faveur sont actuellement en place comme des crapauducs, des crapaudromes et des mares,  mais ils ne peuvent à eux seuls assurer la pérennité de ces espèces. Un raisonnement au niveau du paysage et des pratiques exercées sur ce dernier doit être mis en place pour que dans des années encore, nous entendions grenouilles et crapauds coasser dans nos mares.

Ces animaux pourraient être le prémisse de la sixième extinction de masse de la biodiversité, car un maillon de la chaine alimentaire qui meurent, c’est toute la nature qui se retrouve déséquilibrée et en danger. De plus, d’autres espèces subissent ces changements du paysage, ces nouvelles pratiques agricoles et l’apparition de maladies, ce qui n’est pas sans rappeler le sort de nos amies les abeilles contaminées par les produits chimiques ainsi que l’Homme qui voient de nouvelles maladies apparaitre et se propager. Il a d’ailleurs été estimé que 2 millions de personnes ont été infectées par des champignons pathogènes et en ont succombé, soit plus que pour la tuberculose et le paludisme réunis.  L’actuelle disparition des amphibiens n’est donc qu’un signal d’alerte prévenant les risques encourus pour la santé des écosystèmes, de la faune et la flore qui les constituent mais également de l’Homme. 

Fermer le menu