Un décret entré en vigueur le 7 mai dernier a officialisé qu’il existait bel et bien un lien entre la maladie de Parkinson et les pesticides, auxquels sont exposés la majorité des agriculteurs. Grâce à cette décision, qui reconnaît la pathologie comme « maladie professionnelle », chaque victime bénéficiera désormais d’un soutien plus conséquent.

 

Pesticides-640x

La maladie de Parkinson a fait tomber il y a quelques semaines l’un des plus grands sportifs de tous les temps en la personne de Mohamed Ali. Entraînant une perte progressive des neurones, cette pathologie peut être développée chez n’importe quel individu. Les agriculteurs semblent néanmoins plus à même d’en être victimes. Un décret entré en vigueur le 7 mai dernier affirme en effet qu’il existe un lien entre une trop forte exposition aux pesticides et le fait de contracter la maladie de Parkinson. Cette annonce fait office de véritable première dans le monde agricole puisqu’elle reconnaît enfin Parkinson comme une « maladie professionnelle ». Particulièrement attendue, cette avancée permettra ainsi aux agriculteurs concernés d’être pris en charge financièrement « en fonction de leur taux d’incapacité à poursuivre leur travail ». Outre cet aspect, elle est également « importante sur le plan symbolique » pour Guillaume Petit, membre de l’association Phyto-victimes.